Stratégie avancée de boxe

12 septembre, 2014 12 septembre, 2014 par Johnny N Conseils de Combat, Stratégie de Boxe Pas de Commentaires

Stratégie avancée de boxe

Un guide détaillé sur ce à quoi je réfléchis durant un combat. C’est un guide avancé sur la stratégie de boxe : les concepts théoriques et trucs que tous les gars expérimentés connaissent. Donc je ne vais pas m’attarder sur les aspects techniques comme « la façon de créer des ouvertures » ou « comment contrer un jab ».

C’est un regard à froid sur la façon dont je pense et la façon dont je fais les choses sur le ring.

 

Tactiques psychologiques d’avant combat

Est-ce que j’ai déjà effectué un sparring avec lui?

Si oui, je me rappelle immédiatement son style de combat et je m’adapte par rapport à la stratégie que j’avais adopté contre lui. Je me rappelle également de la façon dont les autres boxeurs ont combattu contre lui et des tactiques qui ont le plus payées.

 

Si je n’ai jamais effectué de sparring avec lui avant

Je lui demande le nom de sa salle et de son entraineur. Il y a de bonne chance qu’il se bat avec un style similaire aux autres boxeurs de cette salle, ou aux autres boxeurs de cet entraineur. Même s’il est différent de ces boxeurs, ne pensent pas comme eux…. il y a de bonne chance qu’il se soit adapté à leur style de boxe. Certains gymnases font un sparring plus dur/rapide/dingue que d’autres.  Je me note tout cela dans un coin de ma tête.

Je me contrefiche s’il est bon ou non. Après avoir fait du sparring avec beaucoup de gars, tu comprendras que certains sont rapides, d’autres puissants, certains brillants, d’autres moins, et beaucoup sont un peu tout cela. Tu ne peux te fier seulement aux apparences. Ce qui m’importe le plus, c’est qu’il sache que je suis rapide et puissant, parce que je veux qu’il me respecte avant même de monter avec moi sur le ring. Heureusement pour moi je tiens le change.

Tu ne sauras jamais s’il est bon
si tu ne montes pas sur le ring avec lui.

 

1er round

Qui veut s’attribuer le centre du ring?

C’est marrant parce que juste après avoir touché les gants, vous êtes tous les deux entrain d’établir qui va faire quoi durant le combat. On ne s’occupe pas de l’allonge, la distance, l’utilisation du jab ou toutes ces conneries. On est entrain de chercher qui va essayer et prendre le centre du ring. Qui est l’agresseur? Qui est celui qui fuit? Qui est celui qui restera sur place et qui est celui qui ne cessera de bouger ?

Vous ne le savez pas tant que vous n’êtes pas sur le ring.

C’est marrant parce que certains gars vont tourner autour du ring pour s’échauffer les jambes. D’autres vont courir au centre et ancrer leurs pieds comme s’ils n’allaient plus y bouger. Et vous avez aussi des gars qui s’amuse à te taquiner pour le contrôle du centre du ring, en y allant et sortant, en te défiant de le prendre, puis en le prenant. Certains sont des malins….en prenant le centre du ring et puis en s’échappant rapidement au moment ou vous tentez de l’atteindre.

J’affectionne personnellement d’aller directement au centre et d’engager la bataille de jabs dès que possible. Je n’ai aucun problème à échanger des coups puissants dès le début, si c’est cela qu’il veut. Je suis frais…dispo….

 

Les jabs pour tâter le terrain

Tâter le terrain avec le jab est un jeu sérieux. Parce que vous êtes tous les deux nerveux à l’idée de vous toucher l’un l’autre, et vous ne voulez pas être touchés par un coup puissant. Mais, tu ne veux pas non plus passer pour une chochotte en balancant ces jabs.

Ainsi, pour asseoir ton autorité…. tu commences à MENACER ton adversaire avec tes mouvements au lieu d’user de tes coups.

 

Menacer son adversaire

Les principales armes pour menacer son adversaire est la vitesse, la puissance, le contre et la confiance en soi.

  • Les gars qui usent de la vitesse vont très vite mettre en avant un jeu de jambes « chic » et des mouvements de tête. Ils ont des expirations très bruyantes et font des esquives rapides et saccadées à chaque fois que vous essayer de le toucher avec un jab. Dès que tu bouges, le gars rapide bouge. Il répond à chaque chose que tu fais.
  • Les gars qui usent de la puissance vont te montrer qu’ils ne sont pas timorés à te balancer une droite ou un crochet du gauche. Ils ont hâte de te balancer leurs coups puissants, et vous verrez rapidement leur main droite dans le round. Ils vont te suivre pour se rapprocher de plus en plus vers toi.
  • Les gars qui évoluent en contre vont avoir un point d’honneur à défendre sans fuire le combat. Ils vont se tenir pile en face de toi et rester là quand tu balances la poudre. Ils vont bloquer ou esquiver, mais se tiendront face à toi. Il ne leur faudra pas longtemps pour qu’ils te renvoient un puissant contre.
  • Les gars confiants apprécient de tourner autour de toi en toute tranquillité. Ils bougent sans hargne et construise leur victoire petit à petit. Même si tu leur met la pression, ils vont s’efforcer à bouger lentement et calmement. Même quand tu leur envoie un coup, ils vont le balayer comme si de rien n’était. Ils ne deviennent ni excités, ni énervés, ils continuent seulement de respirer et de bouger.

J’aime particulièrement user de la puissance. Je possède déjà la vitesse, donc je préfère bouger calmement et puis fondre sur mes adversaires avec la puissance. Je ne veux pas qu’ils s’habituent à ma vitesse. Ainsi, je ne déplace pas de trop et je ne les suis pas comme si je cherchais à les contrer. Je leur montre juste que je suis confiant, je m’engage même de façon désintéressée, mais je continue d’appuyer ma droite et ma gauche pour lui montrer que j’envoie dur quand l’opportunité se présente.

 

Premier contact

Le premier contact détermine souvent la suite du combat. Les premiers coups échangés te permettent bien souvent de savoir à quoi t’attendre.

  • Une esquive rapide et un contre puissant qui lui fait basculer la tête en arrière – le jeu est probablement inégal. Un gars esquive et contre, et l’autre ne s’en aperçoit même pas. Une longue nuit en perspective pour lui. Pauvre homme….le match est joué d’avance.
  • Un gars qui se donne à 100% pour placer au final 2-3 coups. Histoire classique du taureau qui décoche très tôt des coups de massue. Il se fatiguera probablement dans le 2nd round et cherchera à s’accrocher au 3ème pour sauver sa peau.
  • Un coup précis suivis par un contre efficace de l’autre gars. GENIAL! Cela va être un combat équilibré.
  • Un gars qui balance un jab tout en évitant le combat – Cela va probablement être le match classique du boxeur classique contre le bagarreur où le 1er sera sans cesse en mouvement et le 2nd tentera de s’approcher de lui.
  • Des coups durs échangés – Combat passionnant. Préparez votre popcorn. Ah oui, préparez l’essuie-tout également. Il y aura du sang.
  • De profondes respirations et des demi-coups échangés – probablement deux amis s’entrainant ensemble. Ce sera un combat mesuré.
  • Un gars touche envoie deux coups et l’autre envoie un coup très dur – On dirait un combattant puissant contre un autre cherchant à le surpasser en vitesse et technique.
  • Un qui bloque et l’autre qui touche sa garde – On dirait un gars qui n’a pas la confiance nécessaire pour s’exposer et l’autre gars qui n’a pas la vitesse ou la technique suivante pour passer à travers la garde adverse.
  • Deux gars qui se balancent et se touchant à moitié avec des coups durs – combat affreux avec beaucoup de lutte et d’accrochage.

J’aime particulièrement toucher l’adversaire avec un jab précis. Je ne m’occupe pas pour l’instant d’esquiver car je ne veux pas lui montrer mes talents de mouvement de tête pour rien. Je vais bouger autour de lui pour placer un jab précis en utilisant mon jeu de jambes et des petits mouvements de tête.

 

Distance et agressivité

Je ne mesure jamais le degré d’agressivité d’un adversaire aux nombres de coups qu’il envoie et à leur puissance. N’importe quel gars qui a une bonne technique peut porter des coups puissants. Je mesure l’agressivité par rapport à sa distance de combat.

Les gars agressifs aiment rester à portée. Les gars non-agressifs aiment rester hors de portée jusqu’à ce qu’ils se sentent parfaitement en confiance pour réduire la distance. Tu sauras sur le champ s’il est agressif ou non en fonction de s’il préfère ou non rester à distance.

 

Qui est le plus rapide?

La vitesse est visible dès le début. Tu sauras de suite qui est le plus rapide et qui possède la vitesse la plus efficace. En effet, il y a beaucoup de types de vitesse. Certains gars ont des réflexes très rapides. D’autres gars ont une vitesse explosive, mais qui nécessite un temps de préparation, qui est un peu téléphoné. L’indice est dans la respiration : plus l’expiration est rapide, plus le boxeur sera rapide.

Certains gars sont justes rapides, mais ne possèdent pas nécessairement des réflexes rapides. Certains ont seulement des mains rapides, alors que d’autres ont également un jeu de jambes rapide. Certains ne sont rapides que pour lancer des coups et lents en contre. Encore une fois…. il s’agit d’avoir une VITESSE EFFICACE.

 

Qui possède le plus de puissance?

N’importe qui possède une bonne technique a de la puissance. Mais qui frappe le plus fort? Tu le sauras bien assez tôt. Mais, il y a d’autres facteurs à prendre en compte : qui a le meilleur menton? qui a la vitesse allant avec cette puissance? Un boxeur plus rapide est plus difficile à déceler et a plus de chance de surprendre et terrasser son adversaire.

Encore mieux, DE où provient la puissance? Sa main droite ou son crochet gauche? A-t’il seulement quelques dangereux coups? Ou bien est-il puissant quelque soit ses coups?

 

Qui est le plus fort?

Qui possède la plus grande force au corps à corps? Peut-il lutter? Est-ce que je peux le déséquilibrer facilement? Est-ce que je peux le dominer au corps à corps? C’est marrant de pousser le gars dans les quatre coins, de lui mettre la pression, et de l’épuiser si je sais qu’il n’a pas la force de me tenir à distance.

Mettre à l’épreuve sa garde, s’approcher de lui, le pousser, s’appuyer sur lui, l’attraper et lui montrer sa puissance. Je dois savoir de quel bois il est constitué. Si je sens qu’il n’a pas la force de se tenir ancré au sol, je vais rester à courte distance.

 

Quel type de coups lancent-ils?

Quel coup préfère-t’il? Le jab? Le direct du droit? Le crochet du gauche? Les uppercuts?

Certains adorent user de longs jabs. D’autres les jabs courts et percutant. Certains touchent puis poussent leur adversaire. Certains te font reculer avec un jab puissant. Certains n’utilisent le jab que rarement, mais quand ils le font c’est un jab envoyé à toute puissance. D’autres l’utilisent uniquement pour t’induire en erreur. Bouge-t’il la tête quand il envoie le jab?

Les gars qui utilisent des jabs puissants sont plus facilement prévisibles et contrés. Contre les gars qui balancent des jabs peu appuyés, je fais comme si de rien n’était et réplique à travers leur jab. Normalement s’il balance ces jabs peu appuyés , il faut faire attention à son prochain coup : j’anticipe donc son direct du droit ou son crochet même s’il est entrain de me balancer son jab.

Les formes du direct du droit varient aussi. Certains gars la balancent pile au milieu. Certains font un léger mouvement circulaire. La position de la tête est capitale. Certains rentrent le mention avec la droite. Certains baissent même la tête et envoie la droite à l’aveugle.

Je préfère quand ils envoient une droite nette qui est plus facile à esquive ou à contrer. La droite circulaire peut être délicate parce que je ne sais jamais s’il vaut mieux l’esquiver ou la bloquer, et je finis donc souvent par la bloquer. Je me penche sous la droite que si elle est téléphonée, mais les bons boxeurs n’envoient pas de telle droite. Mon contre favori est de décocher un crochet du gauche juste avant sa droite ou pendant qu’il la décoche. Le crochet touche facilement et le déséquilibre même quand je touche son épaule après qu’il ait esquivé.

Je dirais que les meilleurs boxeurs sont ceux qui balancent leur droite avec un équilibre parfait. C’est comme s’ils n’avançaient pas leur tête au moment de la droite. Ils touchent loin, mais leur tête est toujours en retrait. Et alors tu as tout l’opposé où les boxeurs balancent leur tête en avant avec leur droite et suivent avec un crochet du gauche.

Les crochets du gauche varient également. Certains utilisent un crochet très court. D’autres avec un bras presque complètement ouvert. La préparation est la clé de la réussite. Certains vont le décocher au bon moment quand il sera très dur de le voir, et d’autres vont juste l’envoyer au cours des échanges. Les gars qui m’envoient des crochets vicieux du gauche venant de nulle part m’agacent, tout comme ceux qui varient entre jabs et crochets…tu ne sais jamais d’où cela va venir.

Les crochets du gauche au corps sont une autre paire de manches. Certains l’utilisent après s’être penchés, d’autres l’envoient en restant sur place. Ces derniers ont plus de chance de toucher puisque tu ne vois pas le coup arrivé, et que tu as l’impression qu’il peut te toucher au foie à n’importe quel moment.

Les uppercuts sont variés. La plupart des gars ne l’utilisent que en combat rapproché. De temps à autre, je tombe sur un gars qui utilise de larges uppercuts dévastateurs. Tu vas probablement penser qu’ils sont facilement prévisibles, mais pour moi c’est un coup sournois quand placé au bon moment. Effrayant.

 

Quel type de défense utilise-t’il?

Les « bloqueurs de marbre » contre les »bloqueurs furtifs ».

C’est vraiment important de connaitre le style de blocage et d’esquive de ton adversaire. Il y a 2 types de bloqueurs : celui qui se tient fixe et contre lequel tu auras l’impression de toucher un mur en briques, et celui qui est habile et qui chassera ton coup ou touchera ton gant quant tu lui envoies une gauche ou droit. C’est comme s’il t’envoyait un blocage pendant l’exécution de ta frappe. Efficacité totale.

Je pense que ce type de bloqueur est plus compétent que le « bloqueur de marbre » car ils peuvent passer du blocage à un enchainement de coups en une fraction de secondes. C’est comme si le blocage était la première frappe de leur enchainement, alors que les « bloqueurs de marbre » doivent d’abord s’extirper de leur blocage avant de contrer.

Quand je boxe contre ces bloqueurs de marbre, je préfère continuer à lancer des coups jusqu’à ce qu’il s’extirpe de son mur de marbre – et là je contre dur. Je n’aime pas dépenser de l’énergie dans leur garde parce que cela ne mène à rien. Contre les « bloqueurs furtifs », j’utilise des feintes et je place des coups à travers leur garde. Boxer contre des « bloqueurs furtifs » qui ne cessent de bouger ses mains est délicat. Ils jaugent tes coups, donc c’est vraiment un jeu à pile ou face.

 

Ceux qui esquivent de manière saccadée et ceux qui sont fluides.

Les styles d’esquives varient également grandement. On a principalement les esquives par à coup et les esquives dites fluides. Les premières consistent consistent à se dégager, esquiver ou se baisser rapidement d’un côté pour placer directement un contre ou s’éloigner. Les secondes sont faites toute en finesse, comme au ralenti. Ces boxeurs aux esquives fluides n’utilisent pas beaucoup d’effort pour esquiver et ils sont très bons dans l’art d’esquiver les coups. Généralement, ils marchent, ne sautent pas. Ils ne font que marcher calmement et esquiver.

Il est marrant de combattre contre ceux qui esquivent de manière saccadée, parce que aussi longtemps que tu continues à envoyer des coups, tu finiras par les toucher et casser leur rythme. Les « esquiveurs » fluides sont un peu plus difficile à toucher. En raison de leur rythme et de leur mouvement, ils absorbent la force de tes coups même si tu réussis à les toucher. Tu pourras envoyer un enchainement complet sur ce type d’esquiveur, et tu auras l’impression de ne lui avoir fait aucun mal. La meilleure façon de les combattre? Je préfère rester en arrière pour le forcer à envoyer des coups, et le toucher quand il envoie. Je n’envoie pas de coups quand il fait ses mouvements d’esquive…. trop dangereux…. car on s’expose dangereusement à ses contres. Ne jamais envoyer de coups à ce moment. C’est un piège qu’il vous tend.

 

Ceux qui bloquent avec les épaules et ceux qui esquivent avec les épaules.

Certains ne font que bloquer avec leurs épaules alors que d’autres les utilisent pour esquiver. Ces derniers sont bien plus chiants à combattre. Il est facile de contourner ceux qui bloquent en envoyant quelques coups et en se déplaçant rapidement pour trouver l’ouverture. Mais, pour ceux qui esquivent, je reste à distance. Une autre option est d’avancer vers lui et d’envoyer des coups au corps.

 

La défense par le jeu de jambes ou par la fuite.

Hilarant. Je ne cesse de le suivre puis m’écarte pour lui laisser de l’espace pour lequel il ne prendra pas possession si je me suis écarté suffisamment. Je réduis la distance quand il essaye de me tendre des pièges, uniquement quand je l’aurai choisi. Il est important de savoir s’il court parce que c’est son style de boxe ou parce qu’il n’est pas assez confiant.

 

Placer mes coups

Lancer mon jab

La première des choses consiste à s’assurer que je puisse le toucher. Si je ne peux l’atteindre avec un jab rapide et précis, alors je tends mon bras et j’envoie un petit jab rapide. Si cela ne marche pas, alors je tends encore plus mon bras pour envoyer des jabs pour le gêner. Si cela ne marche toujours pas, alors j’envoie les coups dans ses gants. D’une manière ou d’une autre, cela finira par rentrer. Je ne le laisse en aucun cas penser qu’il peut s’échapper de mes coups rapides.

J’envoie vite et plus lentement. Certains se dirigent à la tête, d’autres au corps en me baissant. S’il chasse du bras avant, j’envoie une bonne droite à sa poitrine. S’il me bloque tous les coups, ou s’il bouge sans cesse, j’envoie un puissant jab tout en étant accroupi (afin de le déséquilibrer).

 

Lancer ma droite

J’essaie de balancer ma droite dès que j’en ai l’opportunité. Le plus tôt il sentira la force de mes coups, le plus tôt je gagnerai le respect et il ralentira le rythme. C’est souvent comme ça que cela se passe. Même les gars les plus agressifs vont céder un peu de terrain si je les touche au bon moment avec la droite.

A moins qu’il ne bouge parfaitement, c’est très facile de couper la distance et toucher avec la main droite. Ce qui importe après, c’est de se tenir prêt à recevoir ses contres. Mes meilleures tactiques pour toucher rapidement avec la droite:

  • hors de sa portée, engager avec un long 1-2
  • lui mettre la pression en utilisant une garde haute, s’approcher, balancer une large droite à côté de sa garde
  • placer un contre du droit après ses premiers jabs
  • casser la distance et placer un enchainement très rapide :1-2-3-2. S’il reste sur place, la deuxième droite va toucher
  • sortir d’une saisie en plaçant la droite (attention aux représailles…..)

 

Placer le crochet du gauche

Le crochet du gauche s’utilise aussi bien à courte distance qu’à longue distance. A courte distance, un crochet court et serré durant les échanges. A longue distance, un crochet large au cours d’un échange rapide ou bien lorsqu’on est en mouvement.

Le meilleur moment pour placer le crochet? Lorsqu’il lance un coup, et peut importe lequel : un jab, une droite ou un crochet. Il faut juste s’assurer de ne pas être touché par son crochet en retour. Si tu te soucies de sa droite, assures-toi de bien pivoter quand tu envoies le crochet et de te baisser quand tu reviens en garde.

Viser juste avec le crochet est très important. Si l’adversaire est bas sur ses appuis, vise le menton ou la poitrine pour pouvoir le toucher. S’il aime au contraire se tenir bien droit, vises haut et tu le toucheras sans peine à la tête.

 

Placer les uppercuts

Je ne cherche pas les ouvertures. Crois moi ou pas, mais le meilleur moment pour lancer un uppercut c’est quand l’adversaire est sur la défensive (ou du moins quand il croit être en défense). Tu peux bien évidemment placer l’uppercut en contre, mais je préfère placer l’uppercut comme un contre préventif. Quand je vois qu’il place ses mains hauts en défense pour se protéger, je balance des uppercuts puissants comme s’il n’avait pas de défense. Et s’il penche me toucher, mon uppercut le touchera avant même que sa main ne s’est décollé de son visage.

Le truc formidable avec les uppercuts est que tu peux repousser ses gants dans son visage si tu sais où et comment toucher. Une petite astuce pour les débutants…La meilleure façon de se pencher pour l’uppercut est très particulière. Ce n’est pas seulement se pencher en arrière. C’est comme se pencher en avant, de côté et en arrière ….en même temps! Je sais que cela parait étrange, mais essaies et tu verras.

 

Son engagement à frapper

Puissance et cadence de frappe

Probablement la chose la plus importante: avec quelle puissance frappe t-il? Et aussi avec énergie essaie-t’il de frapper? Cela peut être 2 choses différentes. Un gars qui essaie d’envoyer des coups durs peut être aussi dangereux qu’un gars puissant. Qu’en est-il du nombre de coups qu’il essaye de balancer et de ceux qu’il essaye de placer pour toucher? Cela en dit beaucoup sur sa stratégie et son degré de confiance.

Chaque boxeur possède sa façon d’envoyer des coups. Certains en envoient plus que d’autres. Il y  a aussi les différents degrés d’énergie que les boxeurs mettent dans chaque coup. Certains balancent de nombreux coups qui sont tous puissants. D’autres en balancent beaucoup, mais peu de puissants. Certains en balancent beaucoup sans se soucier de leur précision, alors que d’autres s’efforcent de viser au plus juste.

Ceci est important à savoir afin d’avoir une défense appropriée:

  • contre les coups puissants : s’échapper et contrer immédiatement
  • contre les coups précis : feindre et préparer des contres puissants
  • contre les coups légers : ignorer ou bloquer avec une garde relachée et contrer puissamment à travers la garde
  • contre les coups rapides: ignorer ou se défendre et riposter puissamment
  • contre des rafales de coups : s’échapper des coups puissants et frapper avec des contres puissants, ou bien ne pas s’arrêter de bouger autour de lui

 

Sa gestion de l’endurance

Quelle est son énergie? Bonne? Est-il entrain de la gaspiller? Plus il en a, plus je dois être prudent. Mais, si j’ai l’impression qu’il est entrain de s’apuiser nerveusement, je reste sur ma retenue et j’attends qu’il s’épuise. A t’il au moins conscience de son niveau d’endurance?

Si j’ai l’avantage, je peux essayer d’échanger des coups avec lui et voir à quel point il s’épuise. Si je gagne tous les échanges, pourquoi ne pas multiplier ces échanges? S’il est nerveux, je peux continuer à maintenir la pression sur lui pour qu’il s’épuise. Cela est préférable que de boxer à distance où je risque un contre puissant.

 

Gagner le respect de son adversaire

Il est important de finir le 1er round en gagnant le respect de son adversaire. Tu vas lancer des coups, et des coups puissants. Il doit se rendre compte que tu possèdes les compétences pour le toucher, et la force pour le toucher dur. Il doit s’apercevoir que tu ne redoutes pas de le combattre sur tous les fronts. La dernière chose que tu as besoin est d’un adversaire sûr de lui.

Il est extrêmement important que le 1er round soit équilibré : vous avez échangé le même nombre, ou l’un a envoyé des coups plus puissants, mais l’autre a envoyé plus de jabs, ou l’un a touché plus souvent, mais l’autre était plus calme et confiant. Ou bien le 1er round était équilibré parce qu’aucun des deux n’a fait quoi que ce soit d’intéressant. C’est très important d’avoir un jeu équilibré au 1er round.

Si tu essayes de t’imposer au 1er round, tu finiras soit par t’épuiser, soit par lui montrer ton panel de compétences, ce qui lui permettra de s’ajuster par la suite. Mais, si tu peux gagner le 1er round sans trop d’effort, cela pave le chemin d’une future nette victoire. Si tu persistes à être agressif et à lancer des coups, assures-toi que tu gagnes son respect tout en étant agressif!

 

Pense-t’il qu’il est entrain de gagner?

Pense-t’il qu’il peut me battre? Je le vois par rapport à la façon dont je me sens , par rapport aux conseils que lui prodigue son entraîneur, à sa façon de se battre. Connaitre son de degré de confiance me permet d’en savoir plus sur son agressivité, ses feintes, et la quantité de contres que je risque de me prendre. Cela me permet aussi de savoir si je boxe bien ou non.

Je ne me préoccupe pas trop de cela, tout comme je ne préoccupe pas trop de connaitre mon degré de confiance. Soit je suis assez bon pour le battre, soit je ne le suis pas. Ce qui doit arriver, arrivera. Nous sommes de toute façon entrain de nous battre, et cela n’aura plus d’importance dans quelques minutes.

 

2ème round

Le 1er round sert généralement de test et le second le 1er réel round du combat. Les boxeurs ont pu apprécier les compétences de leur adversaire. Ils savent à quoi s’attendre. Ils sont chauds et en pleine forme. Ils ont eu quelques instructions et sont prêts à envoyer les coups puissants.

La vérité apparaît au second round : peu importe les feintes et fausses impressions qu’il laissait apparaitre au 1er round, elles disparaitront au second round. La façon dont il combat au second round, sera probablement la même durant le reste du combat.

 

 La stratégie des combats de boxe

Contrôler le rythme et la distance

Je reste à distance contre les gars puissants et plus grands : moyen efficace pour ne pas être à portée et les surprendre quand je casse la distance. Je suis à distance de bras contre les gars plus petits et plus lents et les martèle avec mes bras plus longs et plus rapides. Allez au corps à corps est un moyen efficace pour épuiser l’adversaire ou pour souffler un coup.

Le meilleur moyen pour mener un combat à distance est d’avoir une bonne puissance. Le meilleur moyen pour mener un combat rapproché est d’avoir de bonnes esquives. Il est plus facile de trouver la bonne distance quand on a des qualités d’esquive et quand on s’est trouver les bons angles pour avoir de l’espace pour placer ses coups.

 

Gagner la bataille des angles

Il n’y a pas tant d’angles que cela pour frapper. La main gauche est placée soit directement, soit de côté formant alors un crochet. Même chose pour la droite. Si tu te penches en arrière ou bien de côté tu auras un angle pour placer l’uppercut. Différents angles et différents avantages.

Un coup droit est la meilleure façon d’envoyer un coup propre, rapide et dur. C’est bien de les placer au contact de l’adversaire, car ce coup te permet de revenir en garde très rapidement. Les crochets peuvent heurter sérieusement l’adversaire, et s’utilise parfaitement en contre. Mais, manquer un crochet est très épuisant.

Tu peux aussi utiliser une paire de crochets. Approches toi et balances ta tête de gauche à droite quand tu lui envoies des crochets puissants (avec un léger angle de frappe).

 

Le timing de l’attaque

Si je suis le plus rapide , je serai le 1er à toucher à chaque coup.

Si j’ai besoin de souffler, ou si je préfère rester en défense, je le laisse taper le 1er, je contre et j’attends le 2nd coup.

Si je dois faire preuve d’originalité parce qu’il est un boxeur constant et a une défense sophistiquée, je devrais balancer 2 coups explosifs, faire une pause et ainsi de suite.

 

Percer sa défense

S’il a une défense compacte, je lui envoie une série de coups rapides dans ses gants, en plaçant quelques coups puissants à travers de sa garde? Si tu as un rythme d’attaque un peu gênant, cela t’aidera de placer des coups quand il ouvrira sa garde.

  • S’il esquive beaucoup, je casse la distance, j’essaye de rester face à lui et je pivote pour obtenir des angles pour crochets et uppercuts.
  • S’il court, je coupe sa course et utiliser des coups rapides à longue distance.

 

Contre et attaques

S’il envoie des directs, j’esquive et je contre. Si je suis d’humeur agressive, je contre directement sur son 1er coup. Quand il envoie des jabs, soit je bouge et contre d’un jab, soit je place mon direct d’un angle qui me permettra de le toucher au-dessus de son bras gauche (à la tête) ou en-dessous (au corps). Quand il lance sa droite, soit j’esquive avec le corps et contre du droit, soit je me penche et contre d’un crochet. Quand il lance un crochet, je m’éloigne, ou bien j’esquive en dessous de son crochet. J’échange quelquefois des crochets lorsque ce rythme me convient.

 

Quelques astuces de boxe

Contres ravageurs et coup montés

Il y a tout un tas de contres dégueulasses. La plupart consiste à envoyer un puissant direct du droit, un crochet ou un uppercut sournois. Beaucoup de gars utilisent un puissant direct du droit en contre après vous avoir laissé l’initiative avec votre droite. Le crochet du gauche est utilisé au corps ou à la tête après qu’ils aient distrait votre défense. Beaucoup de gars utilisent l’uppercut en contre ou alors à distance rapprochée à travers votre garde

Tu peux éviter beaucoup de ces contres en combattant intelligemment. Utilises les feintes. Balances des coups d’essais. Sois prudents, mais sois agressif et prends l’avantage une fois que tu as repéré les coups tordus de ton adversaire. Si tu ne peux éviter un des ces coups, continues l’échange pour ne pas perdre de points. C’est mieux que d’être à chaque fois pris à parti sans ne pouvoir rien faire.

Mes ruses favorites:

  • échange de droites
  • échange de crochets du gauche
  • se pencher et gros uppercut
  • puissante droite au plexus solaire
  • puissant jab utilisé comme un sourn
  • crochet surprise après une lente esquive rotative

 

Les moyens pour ralentir le combat/ tactiques d’évasions

Cela consiste couramment à courir, se baisser à répétition, ou de manière plus élaborée à des manœuvres défensives talentueuses et des esquives rotatives via un bon jeu de jambes. Tu peux généralement battre ceux qui courent en leur coupant le ring. Quant à ceux qui se baissent et qui s’agrippent tels des lutteurs, tu dois soit savoir comment les surpasser à la lutte, ou tu dois utiliser des coups puissants, et ton jeu de jambes pour éviter d’être saisi. Contre les défenseurs talentueux, tu devras être encore plus talentueux.

 

Les coups dégueulasses

Les boxeurs qui usent de ces coups vous touchent derrière la tête, s’appuie sur votre tête, vous poussent, donnent des coups d’épaule, balancent des coups au gong. Un moyen simple d’éviter d’avoir des coups derrière la tête ou que l’adversaire s’appuie sur vous, est de ne pas se pencher vers son adversaire quand tu évites ses coups. Contre ceux qui balancent des coups bas, il n’y a pas grand chose à faire. Contre celui qui te pousse ou te donne des coups d’épaule, tu dois être meilleur lutteur. Ceux qui te balancent des coups à la limite du gong et non doté d’esprit sportif, méfies-toi plus. Si c’est du sparring, sors du ring, ton adversaire n’en vaut pas la peine.

 

Les astuces des contres que l’on voit fréquemment

  • Le jab surprise : qui est généralement déclenché après un blocage ou une parade rapide
  • La droite surprise : généralement déclenché après des jabs désinvoltes afin d’éviter un contre
  • Feinte des pieds : pas rapide de la jambe d’appui pour déceler si l’adversaire suit l’amorce et cède du terrain
  • Le jab-crochet : coup qui pose pas mal d’ennuis et qui consiste à transformer le jab en crochet. C’est pourquoi la main droite ne peut rester continuellement devant ton visage.
  • Le vicieux coup suivant l’accrochage : à la fin de chaque accrochage, méfies-toi du coup rapide qui risque d’arriver
  • Amener à soi et contre : à chaque fois que tu coures après ton adversaire, veille à ce qu’il ne te tires pas vers toi pour t’envoyer un contre du droit
  • La dance d’esquive : chaque boxeur a son mouvement de tête particulier quand il se baisse à hauteur de ceinture….N’y vas pas!
  • Se désengager puis se réengager : c’est un coup classique qui consiste à faire croire que l’on se désengage pour envoyer finalement un bon contre du droit.

 

Quelques astuces de défense

Elles peuvent être très pénibles, mais utiles si tu sais à quel moment les utiliser et comme cela tu pourras envoyer un contre quand ton adversaire les essaiera sur toi.

  • mouvement de retrait : un saut en arrière pour se désengager entièrement…. qui est utile contre les coups au corps. C’est également utile quand tu esquives ou penches d’un côté pour te retirer brusquement de l’autre côté
  • large esquive du bassin quand quelqu’un se trouve submergé par les coups . C’est utile quand on se retrouve dans les cordes. Tu peux aussi le placer pour parer un gros coup en pivotant à l’arrière
  • esquives pour casser le rythme. Il esquive, reste immobile, et bloque calmement tous vos coups, puis marche : c’est efficace et subtile
  • déplacements latéraux qu’il utilise quand tu boxes à combat rapproché. Il se déplace de côté et échappe à tes coups

 

Ajustements

Si tu réfléchis vite et bien, tu pourras t’ajuster à son style de combat au 2° round. Autrement, la plupart des gens ne décèlent leur adversaire qu’au 3° round…ce qui risque d’être déjà trop tard parce qu’ils sont soit déjà épuisé soit déjà entrain de perdre le combat.

 

Les ajustements classiques que j’utilise:

  • la garde : ma main droite se place devant ou de côté en fonction de la quantité de jabs ou de crochets qu’il balance. Ma tête penchée en avant ou en arrière selon que j’utilise des esquives pour passer en dessous de ses coups ou retrait du bassin. Ma main gauche va soit plus haut ou plus bas en fonction de la manière dont il utilise sa droite
  • jab : certains sont plus faciles que d’autres à toucher avec le jab
  • droite et crochet du gauche: beaucoup de boxeurs sont plus faciles à toucher avec l’un ou l’autre. Si je tombe sur un boxeur qui évite ces coups, je réduis la puissance des coups pour chercher la vitesse d’exécution. Je suis toujours très prudent avec le crochet du gauche, car il est facile de perdre équilibre quand on rate son crochet.
  • mouvements de tête: la plupart des gars ont la vie dure quand je me place en dessous. D’autres quand je suis au-dessus.
  • timing : certains sont bons pour échanger non stop. Il faut donc être précis et propre avec 1 ou 2 coups et se retirer. D’autres sont meilleurs à balancer des coups parsemés. Il faut dans ce cas marcher vers eux et envoyer des rafales
  • attaque: trouver les ouvertures peut être difficile contre ceux qui ont une défense épuisante. Je trouve quelquefois la faille en étant plus agressif et en balancant des coups à partir d’angles différents jusqu’à ce que leur garde ne rompe. D’autres fois, je trouve la faille en étant plus passif, ce qui va les pousser à s’ouvrir pour placer ensuite mes contres.

 

3° round

Qui est entrain de gagner?

Soit tu domines nettement le combat, soit tu es entrain de tenter de survivre à une bataille perdue d’avance, soit tu es essayes de gagner un combat serré. Si tu domines, je dirais qu’il faut soit que tu combats prudemment, soit que tu continues à aller de l’avant pour dominer les échanges. Pour la bataille perdue d’avance, maintiens ta défense et ta confiance hautes et essayes de toucher par des contres puissants. Pour le combat serré, essaies d’user des « stratégies automatiques » et de pousser jusqu’au gong final.

 

Stratégies lorsque tu es épuisé

Ces stratégies sont utiles quand les deux boxeurs sont épuisés. La fin du combat est excitante parce que les échanges deviennent tumultueux quand les boxeurs donnent tout ce qui leur reste.

Penches toi et balances de gros coups. Saisis-le, tournes autour de lui, pousses-le. Retires-toi et balances un coups. Mouvement latéral à gauche, à droit, feints un coup, recules toi. Une feinte de l’avant du pied, pour le déstabiliser. Puis submerges le de coups. Continues à pousser et à lancer des coups. S’il s’accroche, tournes. S’il pousse, sors de son angle et contres.

 

Mouvements éclairs

Commencer par un barrage de coups pour finir par un coup au niveau de sa poitrine. Esquiver par un mouvement du buste d’un côté ou de l’autre. Effectues de temps en temps une double esquive du buste pour éviter tous ses contres.

Quelques uns de mes « combinaisons automatiques »

  • 1-2-3-2
  • 6b-5b-2-3-2
  • 2-3-2-5-2
  • j’envoie toute combinaison qui me parait bien coller

 

 « Tactiques automatiques » de défense

  • esquiver en-dessous d’une combinaison de coups
  • tu peux aussi esquiver en-dessous d’un côté puis de l’autre
  • se retirer
  • te baisser ou pousser
  • s’accrocher (ou finir par un coup à la mâchoire ou en garde et s’accrocher)

 

Astuces et feintes

On peut les utiliser au début d’un combat ou à la fin quand les deux boxeurs sont fatigués et prêts à perdre leur équilibre quand l’engagement les surpasse/

  • s’engager, se retirer, contrer
  • jab puissant, se retirer, contrer
  • enchainement de coups rapides, se retirer, contrer
  • lever la droite, envoyer du gauche
  • écarter les deux mains, envoyer le jab directement au milieu
  • frapper du jab dans ses gants, crochet  puissant
  • petits jabs dans ses gants, puissant direct

 

Un plan d’attaque pour conclure

Balances quelques coups pour le forcer à bloquer, retires toi, esquives par le bas, reviens à distance et accroches toi. Durant l’accrochage, déséquilibres le en le poussant et le tirant. S’il est fort, restes en position et laisses le consommer son endurance. Quand il est déséquilibré, rassembles tes pieds et déséquilibre le davantage.

 

Coups ratés délibérés

J’aime bien user de ces coups manqués pour m’approcher de lui sans prendre de coups. Balances une droite puissante dans sa garde, rapproches toi et pousses le ou accroches toi. Puissante gauche dans sa garde, rapproches toi et pousses le ou accroches toi.

boxing ebook Advanced Boxing Techniques 30 Day Fighter's Diet
Avez-vous appris quelque chose? Partagez!



0 Commentaires

Laisser un Commentaire

Partage tes réflexions avec les autres boxeurs. En restant poli.
Les adresses e-mail ne sont jamais publiées ou partagées. Aimerais-tu utliser ta propre image de commentaire ? Choisis un Gravatar!

guide Précédent:

guide Suivant:

Copyright © 2008-2013 Comment Boxer | ExpertBoxing. All rights reserved